Still walking

Still walking
Auteurs : 
Publié par  : 
Paris : Pyramide distribution , 2009
Type de document : 
Document audiovisuel
 - Description matérielle : 
1 vidéo CD monoface (film de 110 min. + Making-of de 28 min.)) : coul., son. ; 12 cm + 1 jaquette
Résumé
Résumé : 

Film de fiction japonais. "Cérémonie familiale à Yokohama. C'est l'été. Certains traînent les pieds pour aller passer ce week-end chez les parents. Médecin à la retraite, retranché dans son bureau, le père ne cache pas sa réticence à accueillir enfants et petits-enfants, mais son épouse compense la froideur du vieux ronchon en s'activant sur les repas. Odeurs alléchantes en cuisine. La convivialité passe par les plaisirs de bouche. Défilent des radis blancs, carottes pelées, nouilles froides, anguilles, un porc assaisonné d'échalotes et de fèves vertes, des sushis, du thé froid... On dégustera aussi choux à la crème et pastèque. La mère peaufine ses tempuras de maïs frits : une recette qu'elle aimerait transmettre à sa fille. Qu'est-ce qui cloche ? Il manque un membre à la tribu. Le fils aîné qui devait reprendre le cabinet médical de son père est mort quinze ans plus tôt en sauvant un gamin de la noyade. C'est en son honneur que l'on se réunit là chaque année, mais cette absence pèse. Le père n'a pas digéré ce deuil brutal, le second fils se sent mal aimé. Ses parents déplorent ses choix : travail aléatoire, refus de s'acheter une voiture, mariage avec une veuve flanquée d'un garçon. Epouse d'un type assez falot, la fille est plus sensible à son confort qu'aux sentiments. Elle rêve de récupérer la maison parentale pour s'y installer. L'atmosphère nous replonge dans les beaux films d'Ozu et de Naruse, conjuguant la chronique d'une cellule familiale ordinaire, les frustrations des adultes, l'insouciance des gamins qui piétinent les plantes, fouillent le frigo, les apartés des uns, les sonneries de téléphones portables, les petites phrases blessantes, une apparente légèreté malgré tout : Kore-Eda orchestre ce rituel truffé de non-dits sans jamais se départir de son regard tendre et malicieux. Prônant un regard enchanteur, Still Walking est un film sensible imprégné d'un humour discret" (Jean-Luc Douin, Le Monde du 21.04.2009)

Sujets Archirès :