Habitat intergénérationnel

Habitat intergénérationnel
Contributeur : 
Pascal Perris
Provenance : 
Montpellier
Publié par : 
Ecole nationale supérieure d'architecture de Montpellier , 2013
Cote ENSA : 
16/13/2545
Langue : 
français
Résumé
Montpellier a une population en large augmentation, elle devrait d’ici peu devenir une nouvelle Métropole du Sud. Le site de Sablassou que nous avons choisi est une lisière entre Castelnau-le-Lez et des terres viticoles. Il pourra accueillir l’extension future de l’Agglomération de Montpellier. L’implantation prévue d’un pôle d’échange multimodal fera de ce site un centre d’attraction autour duquel pourra s’organiser une nouvelle urbanisation. Au niveau du projet urbain notre problématique a été de créer une porosité entre les espaces urbanisés et les espaces naturels. L’objectif étant de préserver au maximum les parcelles viticoles. Ensuite face aux changements socio-économique et à l’augmentation de la précarité, nous nous sommes demandés, quelles pourraient être les nouvelles formes de logements. Le projet architectural a consisté à proposer différents modes d’habitats favorisants le lien social, l’échange et l’entraide entre les générations. Comme le quartier de Sablassou va devenir un nœud d’échange avec la construction du pôle multimodal, nous avons décidé de créer un axe Nord Sud permettant de relier les différentes parties de l’agglomération. Cet axe comprend à la fois la halte TER et les transports routiers, mais surtout il valorise les circulations douces. Une avenue urbaine de 70m de large concentre la circulation des voitures, un parc dans lequel on a des promenades, une ligne de tram, des aires de jeux, un parcours sportif, des kiosques… De part et d’autre de cette promenade verte, on retrouve une urbanisation dense qui s’ouvre sur les espaces viticoles. Le front bâti est constitué d’habitat collectif en R+6 puis d’habitat intermédiaire en R+1 R+2, enfin de l’habitat pavillonnaire en RDC R+1. La densité du bâti va en dégressif de l’avenue vers des jardins partagés qui sont en contact avec les espaces viticoles. Les différentes formes d’habitat permettent de créer une mixité sociale et favorise l’échange. 3 types de logements sont proposés en fonction du degré d’entraide entre générations. Des logements partagés pouvant être assimilés à une « collocation intergénérationnelle » mais où chacun conserve une partie privée. Des logements encadrés, où une famille aide l’autre mais chacun conserve son indépendance. Des logements associés où il existe une relation de bienveillance entre les deux familles voisines. L’habitat collectif comprend au rez-de-chaussée, des commerces et des services : centre de santé, service de restauration et à l’étage des logements des 3 types. Les façades sont en béton blanc et les balcons forment des boites en claustra bois. L’habitat intermédiaire accueille des logements encadrés. Deux logements sont superposés et une circulation verticale permet l’entraide entre les deux familles. Les façades sont une alternance de béton blanc et bardage bois. L’habitat pavillonnaire est constitué de logements partagés et associés. Les différentes unités d’habitations sont accolées les unes aux autres pour augmenter la densité. Pour donner l’effet d’unité, les façades sont toutes traitées en vêture bois
Corresponding paper document : access the resource