Re-création sur les berges du Lez, groupe scolaire au coeur du nouveau quartier de la ville de Lattes

Re-création sur les berges du Lez, groupe scolaire au coeur du nouveau quartier de la ville de Lattes
Publié par  : 
Montpellier : Ecole nationale supérieure d'architecture de Montpellier , 2013
Type de document : 
PFE
 - Description matérielle : 
64 p. : ill. en coul., photogr., plans, schémas, coupes, dess., élév. ; 21 x 30 cm
Résumé
Résumé : 

« Construire au bord de l’eau » était le thème de travail dans le cadre du domaine « Architecture et Milieux ».
Un territoire s’impose progressivement, pas seulement pour sa proximité géographique, mais surtout pour sa grande cohérence avec le thème de l’eau : Montpellier et ses alentours.
Pour les différents visages qu’il prend de Castelnau-le-Lez à Palavas-les-Flots, le Lez retient l'attention. Comme le tramway, il donne l’occasion de dessiner la ville et ses alentours avec cohérence, car il relie directement Montpellier à son agglomération.
Le projet urbain présenté consiste en l’extension de la ville de Lattes vers sa périphérie, le site de la Céreirède. Il tient compte de sa forte empreinte agricole, elle-même propice au développement. C’est un projet évolutif de par sa conception en « bande d’activité » capable de supporter de nouvelles densifications sans pour autant perdre ses atouts environnementaux et son rapport à l’eau.
En cohérence avec les objectifs du projet urbain, le groupe scolaire s’ouvre au fleuve et établie une relation avec le parc et la ville.
Une aile principale qui héberge les parties mutualisées des deux écoles fait le lien entre Lattes et son nouveau quartier. Quelques percées visuelles garantissent une relation particulière avec le parc, et le restaurant scolaire est un belvédère sur le fleuve.
Deux « ramification » à cette aile correspondent aux deux écoles. L’école élémentaire entretien une relation étroite avec la ville par ses ateliers, tandis que la cour de l’école maternelle se pose sur la berge. Le fleuve, lui, peut être vu autant par les « petits » et les « grands ».
Circulations et percements à hauteur d’enfant favorisent les échanges entre les deux écoles, qui dans leur morphologie principales, se tournent vers le Lez et invitent à faire de même.

Ressource électronique correspondante : accéder à la ressource