Villes privées ou privatisées ?

Villes privées ou privatisées ? [Texte imprimé]

Lié à : 
Urbanisme, (2000, mai-juin) n°312, P 60-85, photogr. (1445-5187)
Type de document :
Article de revue
Résumé

Il existe de nombreuses manières de privatiser une ville mais le résultat est le même: exclure le non-désiré et empêcher la ville de faire "société". Un phénomène récent se développe en France: la privatisation de l'espace public sous forme de parcs et d'autres sites résidentiels. Aux Etats-Unis, plusieurs termes définissent les zones urbaines privatisées, chacune correspondant à une échelle territoriale. Environ huit millions de personnes habitent dans des villes privées aux Etats-Unis mais le modèle se diffuse ailleurs dans le monde comme le montre le compte-rendu d'un atelier du réseau de recherche international sur ce phénomène. Au Japon, les modes de vie et d'habiter urbains inscrivent dans le domaine public une ville privée métaphorique. En Afrique et notamment dans les villes subsahariennes, des ghettos plus ou moins dorés visent à protéger leurs habitants de l'insécurité et de la violence des lieux publics. Pour payer la ville, il existe quatre sources de financement: le contribuable, le propriétaire en place, le nouveau constructeur, le consommateur. (URBAMET).

Noms géographiques :