U-chronie, impermanence urbaine

U-chronie, impermanence urbaine [Texte imprimé]

Publié par : 
Vaulx-en-Velin : Ecole d'Architecture de Lyon , 2003
Type de document :
TPFE
- Description matérielle :
67 p
Notes
Notes: 

(Glossaire p. 61. Bibliographie)

Résumé
Résumé: 

"Le temps dans la ville, où ce qui importe, ce n'est pas où l'on est, ni où l'on va, mais le temps nécessaire pour y arriver. L'outil de connexion devient très important. L'espace-temps se modifie inexorablement, se tend et se dis-temps"". Les transits urbains s'organisent alors en ""anneaux de vitesse"", ces transits cycliques, parfois aléatoires modifient la perception d'un lieu, des lieux dans la ville, par la superposition, la rencontre, l'affrontement entre différents transits ; Etre ""en transit"" signifie à la fois, le déplacement d'un lieu vers un autre, et, en même temps, l'action physique temporaire à l'intérieur d'un lieu de connexion. L'impermanence urbaine dépend de cet usage relatif du temps et de l'espace. On peut alors parler de lieux schizophréniques : vivant sous les rythmes de forces internes et externes, qui deviennent incontrôlables. Ce travail est une série de questionnements sur l'espace-temps et sur son impact sur l'architecture contemporaine. Le mémoire livre une sorte de matière brute, des pistes de recherche à explorer. Sa matérialisation, le projet architectural est en quelque sorte un objet ""en négatif"". Il découle d'une série d'expérimentations, il met aussi en place des cadres, des structures qui peuvent être configurées, reconfigurées, investies et réinvesties par leurs habitants. La proposition est illustrée à l'aide de scénarii spatio-temporels. Ces scénarii se passent à Barcelone,""".

Noms géographiques :