Réhabilitation d'une friche industrielle au coeur des Cévennes

Réhabilitation d'une friche industrielle au coeur des Cévennes [Texte imprimé] : réhabiliter pour faire (re)naître l'imaginaire

Publié par : 
Montpellier : Ecole d'architecture Languedoc-Roussillon , 2004
Type de document :
TPFE
- Description matérielle :
237 p. : ill. en coul., photogr., cartes, dess., plans, schémas, élév., coupes ; 21 x 30 cm
Notes
Notes: 

(Bibliogr. Un dossier de 4 planches format A3 numérotées présentant les plans, élévations et coupes du projet accompagne le mémoire.)

Résumé
Résumé: 

Depuis que les industries de la soie et du charbon ont cessé d'exister dans les Cévennes, les petits villages, jadis prospères par leurs activités, voient leur population décliner et leur patrimoine industriel se transformer en friches. Le village de Genolhac (840 habitants), situé au Nord du Gard à 30 km d'Alès, n'échappe pas à cette règle. Depuis plusieurs années, la municipalité cherche à développer l'écotourisme en proposant des circuits de découverte de la nature et du patrimoine. Dans un souci de développement durable pour le canton, elle souhaite installer des équipements mixtes qui serviront également aux habitants. Ce programme est une réponse à cette volonté et propose d'utiliser la friche de 6000 m2 laissée par l'ancienne usine à tanin, située le long du ruisseau la Gardonnette, qui a été récemment acquise par la mairie. Les éléments architecturaux les plus caractéristiques de l'architecture industrielle sont gardés (grande verrière cintrée, cheminée, piliers en briques, charpentes métalliques) et deux bâtiments nouveaux viennent compléter l'ensemble. Le parti architectural a été de s'intégrer au paysage et à la morphologie du terrain en pente (1 bâtiment semi-enterré). Sont proposés trois identités : le pôle culturel (bibliothèque, auditorium), le pôle patrimoine (éco-musée) et le pôle économique (espace formation multimédia avec gîte). Une démarche environnementale a été appliquée à travers l'utilisation des énergies renouvelables (hydraulique, chauffage au bois et solaire passif) et l'emploi de matériaux sains comme le bois de châtaigner. L'objectif du travail a été de proposer un aménagement global du site et de ses environs pour recréer des circulations et connexions avec le village et le jardin public existant.

Noms géographiques :