Death of High Modernism

Death of High Modernism
Dans : 
Architectural review (où trouver cette revue ?), (2005, mars) n° 1297 (0003-861X)
Type de document : 
Article de revue
 - Description matérielle : 
p. 44-57 : ill.
Langue du document : 
anglais
Résumé

"Quelle architecture dans les années 1980 ? Les années intenses d'après-guerre étant passées, les architectes se sont interrogés sur la direction à prendre dans l'avenir, les constructions dites modernes devenant uniformes et grises. On a pu remarquer quatre réactions à cette perte en architecture : le régionalisme, une architecture à la poursuite de ses racines et des traditions qui cherche à relier passé, présent et futur. Puis le mouvement High Tech : grâce aux nouvelles méthodes de production de l'acier et du verre, on a pu atteindre des degrés de lumière, de légereté et de fluidité de l'espace inédites; c'est cette ligne de pensée que les architectes comme Piano, Rogers et Foster ont décidé de suivre en collaboration étroite avec des équipes d'ingénieurs. Puis le Po-Mo, ou post-modernisme, c'est à dire la ré-introduction d'éléments classiques comme décoration; on note aussi l'influence de l'iconographie pop de certains artistes comme modèles pour une nouvelle image de l'architecture. Enfin, on assiste à un néo-néoclassicisme, à une nouvelle interprétation du classicisme, mais avec cette fois de grosses difficultés d'intégration et de concordance entre l'époque et son modèle.".