Bauen in China

Bauen in China = Construire en Chine
Dans : 
Archithese (où trouver cette revue ?), (2004,nov./déc.)n°6 (1010-4089)
Type de document : 
Article de revue
 - Description matérielle : 
p. 2-75 : photogr., plans, coupes ; maq.
Langue du document : 
anglais, français, allemand
Notes, sommaires...

(Index annuel p. 104-109)

Résumé

Ce numéro pose la question du développement de la construction en Chine ces vingt dernières années, de ce qui se perd dans la modernisation et de ce que les architectes occidentaux et les maîtres d'ouvrages chinois attendent les uns des autres. Une description du paysage architectural actuel de Shanghai et Pékin, avec une incursion à la première biennale d'architecture est suivi d'une réflexion sur le manque d'expérience proprement chinoise dans le domaine de la planification urbaine et la difficulté pour l'architecture de se définir au fil du temps entre ligne politique, influence étrangère et formes traditionnelles. Dans un texte en anglais, explicitement sous-titré "Comment dévaster une ville en cinq ans", un architecte chinois parle de Shanghai. Cependant, certaines agences d'architecture, essentiellement privées, s'efforcent de concilier architecture occidentale et architecture traditionnelle chinoise. Et en Chine comme ailleurs, des bâtiments industriels ou d'habitat dégradé sont reconvertis et investis par des activités culturelles. Présenté à la biennale de Venise 2002, le programme pour nouveaux riches du promoteur chinois Soho est réalisé avec un plan paysager de l'artiste Ai Weiwei : près de la Grande Muraille, douze maisons d'architectes de renommée internationale, occidentaux ou japonais, qui en attendant d'être vendues peuvent être visitées moyennant un prix d'entrée élevé. Dans une interview, Jacques Herzog parle du travail de l'agence en Chine, où elle conduit pour l'instant neuf projets et dans l'interview suivante, c'est Albert Speer, de l'agence AS&P, qui parle de son expérience (texte en français p. 74-75). L'agence zurichoise agps retrace le chemin qu'il a fallu parcourir avant que le feu vert soit donné pour le projet de bureaux qu'elle construit à Nankin. Plusieurs exemples de projets dûs à des architectes occidentaux : un parc culturel et sportif de Burckhardt + Partner, des maisons de Burkhalter Sumi qui s'inspirent de la typologie traditionnelle, tout un quartier de logements de Otto Steidle, un musée à Nankin et des logements à Pékin de Steven Holl, sont présentés et le texte final évoque la réflexion que Rem Koolhaas a menée avec ses étudiants de Harvard sur la zone Shenzhen-Canton-Hongkong.