Projet de requalification de la cimenterie ex-Dolomia à Torano, commune de carrere, Italie

Projet de requalification de la cimenterie ex-Dolomia à Torano, commune de carrere, Italie
Publié par  : 
Montpellier : Ecole d'architecture Languedoc-Roussillon , 2005
Type de document : 
TPFE
 - Description matérielle : 
69 p. : ill. en coul., photogr., cartes, plans, élév., schémas, dess. ; 21 x 30 cm
Langue du document : 
français
Résumé
Résumé : 

L'ex-Dolomia est un complexe extractif (datant de 1936) situé à Torano (commune de Carrare), une cimenterie et sa carrière (9 hectares) abandonnées depuis quarante ans. La réflexion sur le devenir de cet espace a permis d'imaginer un projet comme une prochaine étape dans le développement urbain de ce hameau. A ce titre, l'intervention tissera un fil entre le passé industriel du lieu, son histoire et son devenir. A l'intérieur d'un projet paysager qui définira une ou des stratégies de reconquête de ce site et de liaison avec son contexte, on trouvera différentes propositions architecturales, des scénarios pour une nouvelle pratique. Deux éléments clés qui sont la requalification du complexe en espaces culturels polyvalents (parcs, ateliers collectifs de sculpture, symposium, lieux d'expositions, théâtre à ciel ouvert) et un projet de logements (typologie flexible de maisons/ateliers en terrasse) dans le cadre de l'extension résidentielle programmée par le plan régulateur de Torano, sont proposés. L'enjeu fondamental étant de relier le centre habité à la cimenterie. La proposition de construire un ouvrage de passage sous la route fréquentée par les camions des carrières de marbre apparaît comme la solution la plus pertinente dans cet environnement et ce paysage creusé et taillé par l'homme. Sur la friche seront conservés les murs de soutènement qui valorisent un réseau de terrassements existants, témoin des différents moments du lieu, et permettants des parcours. Cette reconnaissance du site que l'on peut appeler requalification, reconquête ou encore régénération, va rétablir une relation avec les habitants du hameau, réalisant les préalables à de nouvelles politiques liées à la valorisation des métiers de la pierre et du marbre.