Faire la ville sur la ville, le cas de la zone d'échanges en Avignon

Faire la ville sur la ville, le cas de la zone d'échanges en Avignon
Publié par  : 
Montpellier : Ecole d'architecture Languedoc-Roussillon , 2005
Type de document : 
TPFE
 - Description matérielle : 
199 p. : ill. en coul., photogr., plans, schémas, dess., tabl. ; 21 x 21 cm
Langue du document : 
français
Résumé
Résumé : 

L'histoire du développement d'Avignon s'inscrit jusqu'au siècle dernier à l'intérieur de l'enceinte fortifiée, édifiée au XIVe siècle. Ces cent cinquante hectares enclos constituaient la ville entourée alors par la campagne. A partir de la fin du XIXe siècle, le débordement d'Avignon hors les murs correspond à une croissance accélérée de la population. L'implantation de la ligne de chemin de fer au sud a créé une zone intermédiaire en forme de croissant (150 m de large) entre les remparts et la voie ferrée. Appelée zone d'échanges, cette ceinture, seuil du centre historique, entrée de ville, a connu depuis des années l'implantation d'équipement importants et la construction de logements, mais n'a jamais fait l'objet d'une vision globale nécessaire compte tenu de l'homogénéité des remparts, classés aux Monuments Historiques. La démarche de cette étude résulte de l'analyse urbaine qui permet la compréhension des disfonctionnements du site. Un découpage par îlots (12 au total) donne un inventaire détaillé du tissu urbain existant pour aboutir à une proposition qui va s'inscrire dans un plan directeur d'aménagement articulé autour de quatre pôles importants : îlot Eisenhower, îlot gare, îlot cité judiciaire et îlot St-Lazare. Ces pôles, épine dorsale du projet, permettent un transfert modal aisé, offrent des lieux de stationnements de qualité et éradiquent les nuisances visuelles et sonores autour des remparts. La priorité est donnée à l'espace public, aux piétons, à la requalification des avenues, à la voiture et aux transports. L'utilisation de la voie de chemin de fer en train-tram complète cette stratégie de déplacement. Le boulevard requalifié est intégré au tissu urbain, il est à même de jouer un rôle prépondérant dans la reconquête des îlots adjacents. Ce projet remaille et relie le tissu urbain. La voie rapide devient un boulevard urbain qui fabrique la ville et lui rend toute son urbanité.