Résidentialisation et réhabilitation

Résidentialisation et réhabilitation : une alternative à la démolition des grands ensembles ?
Publié par  : 
Montpellier : Ecole d'architecture Languedoc-Roussillon , 2005
Type de document : 
TPFE
 - Description matérielle : 
55 p. : ill. en coul., photogr., plans, cartes, schémas, tabl., élév., coupe ; 21 x 30 cm
Langue du document : 
français
Résumé
Résumé : 

Face à la démolition par les collectivités des immeubles construits dans les années 1950 à 1975, la réhabilitation des logements sociaux peut constituer une alternative et une réponse à la rénovation d'un quartier dans le cadre de la loi SRU (Programme national pour le renouvellement urbain). Dans cet objectif, cette étude propose une expérience menée à Clermont-Ferrand dans le quartier St-Jacques, "banlieue dortoir" située au sud de la ville sur un massif basaltique, derrière les boulevards de la ceinture urbaine. Le programme vise spécifiquement un îlot constitué de 160 logements sociaux répartis en 3 ensembles (R+4) qui doivent être démolis par le bailleur. L'analyse du foncier fait apparaître la possibilité d'une fragmentation de la parcelle afin d'apporter une autonomie aux futurs résidents. Doivent être créés des parkings (136 places au total), des espaces verts privés, une place publique face au collège existant et des cheminements piétons. La réhabilitation des logements passe en priorité par l'installation d'ascenseurs et l'adaptabilité aux handicapés. A l'intérieur, les logements seront repensés en termes de confort spatial, thermique et acoustique (déshumidification, isolation), avec changement de typologie selon les normes actuelles. Les appartements se prolongent sur la façade par la création de loggias et de jardins d'hiver (cellules en bois soutenues par une structure en béton). Cette conception permet au bâtiment d'avoir une nouvelle identité plus en phase avec les nouvelles perspectives pour la construction des logements sociaux, et permet également à chaque résident de mieux s'approprier son habitat.