La dimension symbolique de la ville, une réponse à la concurrence métropolitaine ?

La dimension symbolique de la ville, une réponse à la concurrence métropolitaine ?
Dans : 
Lieux communs : les cahiers du LAUA (où trouver cette revue ?), (2005)n°8 (1779-5885)
Auteurs : 
Type de document : 
Article de revue
 - Description matérielle : 
p. 75-103 : 23 cm.
Langue du document : 
français
Résumé

Dans un contexte de concurrence métropolitaine accrue à la fois à l'échelle nationale et à l'échelle internationale, les villes jouent de plus en plus fréquemment la carte de l'image. Plus précisément on parlera même de symbolique urbaine, c'est-à-dire du système des éléments discursifs et urbains qui composent une image et un ensemble cohérent de valeurs propres pour les habitants de la ville ou du quartier concerné mais aussi pour les personnes, les entreprises et les institutions extérieures. Il s'agit ici de confronter le travail sur l'image accompli à Euralille, Euroméditerranée et Neptune au dynamisme métropolitain de Lille, Marseille et Dunkerque. Ces confrontations aboutissent à des conclusions allant dans le sens d'une convergence entre travail sur la symbolique urbaine et rayonnement de ces villes. En effet, à Lille, la convergence semble positive entre la confirmation de son rang de capitale régionale et le sérieux du travail mené sur la symbolique urbaine. A Marseille au contraire, on constate plutôt une convergence négative : stagnation métropolitaine et vacuité symbolique d'Euroméditerranée. Enfin, à Dunkerque, les incertitudes marquent fortement la symbolique urbaine comme le repositionnement de la ville dans la hiérarchie des métropoles européennes.