Centre culturel metropolitain de Pereira - Colombie

Centre culturel metropolitain de Pereira - Colombie
Publié par  : 
Vaulx-en-Velin : Ecole d'Architecture de Lyon , 2005
Type de document : 
TPFE
 - Description matérielle : 
35 p.
Résumé
Résumé : 

"Le projet se situe dans une région centrale de la Colombie dont l'activité principale est liée à la production de café d'exportation : la ville de Pereira. La commune de Pereira souhaite améliorer le cadre de vie des ses citoyens en favorisant l'intégration des secteurs les plus défavorisées. Le Centre Culturel Métropolitain répond à ces besoins de présence et de partage. Il doit être l'un des équipements qui symbolisent la réconciliation entre les classes. Le bâtiment du CCM sert de catalyseur au mouvement. Il oriente les déplacements vers des espaces différents, situés à l'extérieur. Il reprend le principe de la trame orthogonale et y intègre le mode de déplacement. La transparence du bâtiment souligne les espaces de circulation et permet ainsi de suivre ces mouvements. On reprend le schéma de mouvement orthogonal des îlots et on le matérialise en respectant le contenu et aussi la structure des volumes. Le projet du CCM est porteur d'un système simple d'organisation spatiale. Le bâtiment contient deux "" boîtes "" qui correspondent aux deux principaux usages : la bibliothèque et l'auditorium. Les circulations se structurent autour des deux volumes. Le rez-de-chaussée est libre, les circulations verticales d'accès aux différentes parties du bâtiment ainsi que les usages plus publics, (restaurant, salle d'exposition, salle de conférences) sont en contact direct avec le rez-de-chaussée. Le traitement par des espaces verts aménagés autour de son volume et perceptibles dès le rez-de-chaussée renforce son implantation. Avec une variation des niveaux sur l'esplanade, on propose une appropriation différente des lieux. On y retrouve des espaces de rencontre, des espaces de commerce et des espaces de contemplation. Ces plans, de différentes inclinaisons, correspondent à des ouvertures sur l'esplanade. On donne ainsi une force à la topographie, on marque sa continuité et on la rend utile."" ".