Comment habiter le "Pombalino lisboete" aujourd'hui ?

Comment habiter le "Pombalino lisboete" aujourd'hui ? : Espaces publics, mixité urbaine, logements, révalation du site portuaire Da Boavista
Publié par  : 
Montpellier : Ecole nationale supérieure d'architecture de Montpellier , 2006
Type de document : 
TPFE
 - Description matérielle : 
73 p. : ill. en coul., photogr., schémas, cartes, plans, dess., coupes ; 20 x 27 cm
Résumé
Résumé : 

Comme de nombreuses villes portuaires, Lisbonne se caractérise par de nombreuses zones industrielles à l'abandon occasionnant une rupture dans le tissu urbain. Réhabiliter ces territoires apparaît comme une opportunité pour la redéfinition et le développement du centre ville. Leurs potentiels amènent à réfléchir sur la redensification et sur la mixité urbaine. Dotée d'une situation stratégique dans Lisbonne (sud-ouest du centre ancien), cette parcelle de 10 hectares appelée "l'Alterro da Boavista", terre reconquise après le séisme de 1755, offre des qualités architecturales et fonctionnelles intéressantes. Ses friches voisinent avec des équipements collectifs importants (musée, écoles, université, bureaux, administration) qui donnent un caractère particulier à l'îlot. Le programme propose de maintenir ces activités et de réhabiliter certains édifices de très bonne qualité architecturale et surtout d'y intégrer des logements et de nouvelles activités complémentaires (commerces, bâtiments cultuels, ateliers d'artistes). La voirie structurant le quartier souffrant d'un manque de redéfinition et de dimensionnements, des circulations piétonnes sont créées ainsi que des rues perpendiculaires au fleuve reliant le haut de la ville à la partie basse. Dans cette logique, le parcours urbain existant dans les autres quartiers est aussi prolongé dans les coeurs d'îlots de l'Alterro. L'identité de Lisbonne se caractérisant par une topographie en collines, les nouveaux parcours apparaissent comme une continuité à l'existant, révélant la morphologie du site. L'espace public fabrique le nouveau tissu, contournant les édifices, délimitant et revitalisant à la fois les zones. Cette organisation permet d'intégrer les activités commerciales, culturelles, et rend possible une meilleure qualité d'occupation des logements.