Réinterprétation de l'architecture néo-mauresque en Algérie

Réinterprétation de l'architecture néo-mauresque en Algérie
Publié par  : 
Montpellier : Ecole nationale supérieure d'architecture de Montpellier , 2006
Type de document : 
TPFE
 - Description matérielle : 
110 p. : ill. en coul., photogr., plans, dess., tabl. ; 30 cm
Résumé
Résumé : 

L'Algérie, avec ses frontières maritimes et sa situation privilégiée dans le flanc sud de la Méditerranée, a connu le passage de plusieurs civilisations qui ont laissé sur son territoire un patrimoine architectural inestimable. Plusieurs styles architecturaux se côtoient : l'arabo-musulman, le mauresque (architecture ottomane), le néo-mauresque (lié au colonialisme français). Cette étude va tenter d'apporter une contribution à la connaissance de l'architecture néo-mauresque à Alger à travers l'ensemble des aspects politiques, socioculturels, urbains, esthétiques et idéologiques, période de 1830 à 1962 traversée par des mouvements importants comme le Mouvement Moderne (CIAM, Bauhaus). Cette forme d'architecture s'est constituée après l'indépendance comme un style d'Etat réinterprétant les valeurs du patrimoine architectural ancien dans les constructions modernes avec la volonté d'arabiser le cadre bâti. Pour retranscrire la diversité et la sobriété de ce style, un projet mixte de logements collectifs avec bureaux et commerces est proposé. La parcelle retenue pour le projet (6000 m2) est en secteur périurbain à faible densité sur les hauteurs d'Alger, au sud de la médina (classée), jouxtant la ville coloniale. La zone qui abrite plusieurs ambassades dans des bâtiments mauresques est devenue une cité d'affaires à laquelle manque des équipements collectifs mixtes. Le programme prévoit la réalisation de 2 immeubles en béton avec patio central regroupant 2 parkings en sous-sol, 2 niveaux de commerces et 80 appartements collectifs. Le parti architectural a été d'utiliser un certain langage pour mieux interpréter la tendance actuelle de l'habitat néo-mauresque (utilisation des coupoles sur les patios privés, ouvertures à l'identique et proportions entre vides et pleins) tout en s'intégrant dans le tissu existant.