Grand pas pour la réconciliation de la ville avec ses fleuves

Grand pas pour la réconciliation de la ville avec ses fleuves : Transport en Commun Fluvial Lyonnais
Publié par  : 
Vaulx-en-Velin : Ecole d'Architecture de Lyon , 2006
Type de document : 
TPFE
 - Description matérielle : 
169 p.
Résumé
Résumé : 

Deux constats problématiques générateurs : - Les mobilités urbaines : Nos villes s'élargissent donnant une place prépondérante aux déplacements urbains dont les Transports en Commun n'assurent qu'une faible part. Nos axes routiers sont donc saturés par les véhicules personnels. - Le rapport à l'eau en milieu urbain : Aux origines, les rues étant trop étroites pour les omnibus, la Saône était l'épine dorsale de Lyon et concentrait activités comerciales sur ses quais et transport sur son cours. Puis, Lyon prend le parti des transports terrestres, tournant le dos à ses fleuves. Aujourd'hui, le Grand Lyon aborde les solutions par secteur en développant le réseau TCL et les modes doux, et en générant des projets urbains tournés vers l'eau. Le TCFL propose une double solution : un mode de transport indépendant de la circulation générale et le retour à un usage quotidien des fleuves. Pour s'adapter aux besoins des usagers, les lignes fluviales s'organisent à trois échelles : - L'Agglomération : 3 lignes convergentes drainant les migrations pendulaires, accompagnées d'une nouvelle ceinture de Parcs-Relais. - Le Centre-Ville : 1 ligne englobant la Presqu'île, enrichie de canaux transversaux au niveau des grandes stations TCL. - Le Pôle Urbain : 1 navette sur le secteur du Vieux-Lyon, complétée d'un réseau de funiculaires. Ainsi intégré, ce dispositif doit néanmoins impérativement s'accompagner d'une prise de conscience collective sur l'urgence d'un changement de moeurs en termes de mobilité pour participer efficacement à la politique de Développement Durable.