L'ambassade et la maison culturelle de la Palestine à Paris

L'ambassade et la maison culturelle de la Palestine à Paris : entités en symbiose
Publié par  : 
Vaulx-en-Velin : Ecole d'Architecture de Lyon , 2005
Type de document : 
TPFE
 - Description matérielle : 
79 p.
Résumé
Résumé : 

les palestiniens, après des années d'occupation, souhaitent construire des relations internationales plus fortes avec les états. Ils se mobilisent pour afficher entre autres, les différentes facettes de leur culture, de l'identité palestinienne et leur volonté de construire l'avenir. Mon désir de participer à la reconstruction et au développement de mon pays à l'intérieur comme à l'extérieur afin de lui donner un statut d'état officiel m'a conduit à proposer, pour mon travail de fin d'études, le projet d'une ambassade et d'une maison culturelle de la Palestine à Paris qui remplacerait la délégation de la Palestine à Paris. Ce complexe comprendrait, sur un terrain unique et dans une même enveloppe : - L'ambassade de Palestine - La maison culturelle de la Palestine - Une résidence pour l'ambassadeur avec des logements de fonction pour les diplomates, et des logements pour les visiteurs de marque. J'ai voulu intégrer ce nouvel état Palestinien dans le paysage diplomatique, mais aussi dans un contexte de mutation économique et culturelle. L'opération d'aménagement de Paris rive gauche offre l'opportunité de ce projet dans un contexte urbain. Dans ce quartier en pleine émergence et mutation, il s'agit de créer sur une nouvelle parcelle un site palestinien, c'est-à-dire un lieu où la présence palestinienne s'exprime par un système de représentation et d'interprétation architecturale et par la variété de ses manifestations et de ses échanges, qu'ils soient diplomatiques, économiques ou culturels. Ce projet répond à l'histoire, renforce l'identité et l'entité du peuple palestinien, garantit l'avenir de sa mémoire collective et expose le contexte complexe de mutations d'un état en renaissance. La maison culturelle est un objet fragmenté uni qui représente la reconnaissance de l'individu et de son droit.