Conservatoire National de Région à Aubervilliers

Conservatoire National de Région à Aubervilliers
Publié par  : 
Montpellier : Ecole nationale supérieure d'architecture de Montpellier , 2006
Type de document : 
TPFE
 - Description matérielle : 
59 p. : ill. en coul., photogr., schémas, cartes, plans, dess., coupes ; 25 cm
Résumé
Résumé : 

Tout projet d'équipement culturel aujourd'hui doit obligatoirement être inscrit dans un projet urbain global. Il peut correspondre également à une envie, un besoin ou une volonté générale des élus, des municipalités, des représentants et des habitants de changer l'image écornée de leur ville. Pour la communauté d'agglomération "Plaine Commune" de Seine-Saint-Denis (autour d'Aubervilliers), la réalisation d'un Conservatoire National de Région (musique, danse et art dramatique) va permettre de restructurer le centre ville d'Aubervilliers, de requalifier certains quartiers définis comme difficiles, répondre à la demande en matière d'équipement artistique et améliorer l'image de la ville. C'est dans cette optique que vient s'inscrire le programme du nouveau Conservatoire National de Région défini par un concours, sur l'un des rares espace encore libres en centre ville (parking) à l'articulation des deux composantes végétales majeures. Ce bâtiment comportera deux salles de spectacle (250 et 450 places), l'une pour l'école du conservatoire et l'autre pour le nouvel espace culturel transdisciplinaire de la ville. Il est organisé de manière à identifier dès l'entrée les 2 salles de spectacles et l'accès au conservatoire, et permet de structurer et aménager un parvis avec du minéral et des zones végétalisées. Son implantation en trois travées espacées par des vides où se glissent les circulations et le jardin répond aux principes acoustiques et donne un meilleur éclairage naturel. L'image de ce conservatoire (béton, verre, cuivre) semble se structurer par une opposition très contrastée entre l'opacité des volumes des salles et la transparence des foyers en rez-de-chaussée. A l'étage, il renvoie une image protectrice comme s'il voulait préserver son coeur intérieur.