De nouvelles serres pour le jardin des plantes

De nouvelles serres pour le jardin des plantes : Charles Rohault de Fleury (1801-1875) et le modèle anglais
Dans : 
Polia (où trouver cette revue ?), (2006,printemps)N°5 (1768-6512)
Auteurs : 
Type de document : 
Article de revue
 - Description matérielle : 
p. 101-127 : ill. en noir et coul., photogr. ; plans
Résumé

A la fin du XVIIIe siècle, les serres du Jardin des plantes de Paris sont anciennes, vétustes et appartiennent à une typologie de constructions dépassée. Les évolutions technologiques de la fin du siècle (production du fer et de la fonte, du verre, progrès des modes de chauffage) vont révolutionner la construction des serres. Au début du xixe siècle, la serre change de statut : d'objet utilitaire voué à la seule culture des plantes, elle devient oeuvre architecturale. C'est en Angleterre que ces progrès se font d'abord sentir. Dès 1817, John Claudius Loudon publie Remarks on the Construction of Hot-Houses. En France, la transformation des techniques de construction des serres sera le fait de plusieurs architectes parmi lesquels on compte Charles Rohault de Fleury, architecte en charge du Muséum d'histoire naturelle de Paris. À l'occasion d'un vaste projet de rénovation des serres du Jardin des plantes lancé en 1833, Rohault de Fleury entreprend un premier voyage d'étude en Angleterre. Les notes prises à l'occasion de ce voyage, ainsi que celle d'un second voyage effectué en 1851, sont publiées en annexe. Ces documents permettent de mettre en évidence l'intérêt porté à l'époque aux questions liées au mode de construction des serres en bois ou en fer, aux techniques de chauffage et de distribution de la chaleur, à celles des profilés métalliques courbes ou bien encore à celles du vitrage et de l'éclairement.

Concepteurs / architectes  :