La conjuration des bandes

La conjuration des bandes : valoriser un territoire sacrifié entre parcs et Rhône
Publié par  : 
Vaulx-en-Velin : Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Lyon , 2007
Type de document : 
TPFE
 - Description matérielle : 
54 p. : illustrations et planches
Langue du document : 
français
Résumé
Résumé : 

Le site retenu se situe à l'entrée nord de Lyon, dans la commune de Villeurbanne. Il est bordé au nord par le Rhône, à l'est par le domaine scientifique de La Doua, au sud par le quartier du Tonkin et à l'ouest par la voie ferrée, le parc de la Tête d'Or et la Cité Internationale. A la fois entrée de ville à l'échelle nationale, carrefour urbain à une échelle plus locale, ce territoire accueille actuellement les installations sportives du campus. Comment affaiblir l'impact du boulevard Bonnevay? Comment donner à cet espace une qualité d'espace public, qui pourrait bénéficier des séquences paysagères existantes? Mon projet se place également dans la dynamique de restructuration du campus. Pourquoi ne pas profiter du dynamisme insufflé par la Cité Internationale pour mettre en synergie les lieux qui la côtoient? Pour répondre à ces intentions de connexion le concept de la Bande est développé. -La bande est représentative de l'intervention de l'homme sur le paysage - Déclinaison de la bande existante dans l'environnement étudié, avec des impacts très fort sur le paysage - La bande sert fondamentalement à connecter - Le bandage est utilisé pour protéger ou réparer une plaie - La bande peut être habitée - La bande peut être perçue comme une fragmentation d'un plan. Ce projet utilise le paysage comme base d'aménagement urbain. L'enclavement du site entre des paysages de nature, lui offre l'opportunité d'acquérir lui aussi une identité en tant qu'espace paysager, entre ville et nature. Le but à atteindre consiste en une reconstitution d'un relief artificiel, dont les courbes de niveaux seraient génératrices d'espaces habités et supports de franchissement des réseaux routiers gênants. En plan, le programme est réparti de manière à créer des zones identifiables par rapport à leurs usages. Les circulations intérieures sont principalement piétonnes. L'implantation des bâtiments, leur forme ou leur percement les uns par rapport aux autres sont conçus de manière à rendre lisible le parcours de l'usager. Les principaux cheminements sont en fait une succession de séquences de différentes qualités: espaces de détente, culturel, ou de services.