La ferme habitée : reconquête du Coteau des Chapelles de Gannat par l’implantation d’une exploitation agricole bio-intensive en pluriculture

La ferme habitée : reconquête du Coteau des Chapelles de Gannat par l’implantation d’une exploitation agricole bio-intensive en pluriculture
Provenance : 
Clermont-Ferrand
Publié par : 
Ecole nationale supérieure d'architecture de Clermont-Ferrand , 2015
Cote ENSA : 
PFE 11/15/1583
Langue : 
français
Résumé
Le mot ferme est apparu au XIIIe siècle pour désigner la convention par laquelle un propriétaire abandonne à quelqu'un pour un temps déterminé la jouissance d'un domaine agricole, moyennant une redevance en argent ou en produits. Avec le temps, le sens du mot s'est déformé pour désigner plutôt le domaine agricole lui-même. Aujourd'hui, ce mot stimule encore l'imagination, tant par les paysages que les valeurs qu'il évoque. Celui-ci renvoie à un fonctionnement qui n'a pas visé économique. La ferme propose plutôt un fonctionnement à plus petite échelle, plus humain. On peut la visiter, y rencontrer l'agriculteur, être en contact avec les animaux, y acheter ces produits ou simplement s'y balader. Elle permet d’imaginer des réseaux entre les différents agriculteurs de la région, mais aussi avec les consommateurs. De plus, le mot ferme renvoie aussi à un ensemble de couleurs, de textures, de matières, de scènes et de sensations qui participent de l'imaginaire de la vie rurale. Pour le projet de ferme bio-intensive à Gannat, j'ai cherché à utiliser cet imaginaire comme source d'inspiration pour développer l'expression des bâtiments et des espaces extérieurs, sans pour autant tomber dans un discours nostalgique ou mélancolique. L'idée est de créer une ferme contemporaine qui s'inscrit dans une nouvelle ruralité en portant une réflexion sur le développement du site dans lequel elle vient s'implanter et son paysage
Bibliothèque : 
ENSA Clermont-Ferrand
Notice du document papier correspondant : accéder à la ressource