Equilibre : Centre européen de rencontres universitaires

Equilibre : Centre européen de rencontres universitaires
Provenance : 
Clermont-Ferrand
Publié par : 
Ecole nationale supérieure d'architecture de Clermont-Ferrand , 2015
Cote ENSA : 
PFE 11/15/1589
Langue : 
français
Résumé
Le projet prend place dans un ancien monastère bavarois sécularisé en 1803. Suite à cet événement, l'ensemble monacal a été séparé et divisé. Dans les années soixante l'angle d'une des cours est détruit par un incendie créant une nouvelle entrée à l'intérieur du site et transformant les parcours au sein de celui ci. Le parti pris a été de conserver ce nouvel usage tout en marquant la trace de ce qui avait existé. Le pignon aveugle laissé par l'effondrement a été remplacé par un volume en bois, faisant écho à l'activité sylvicole des monts de Bohême. Le volume se tourne à la fois pour capter la vue sur le paysage lointain et marquer par son porte à faux l'ancienne porte d'accès au monastère. Un emmarchement souligne le bâti disparu et fait apparaître un seuil entre l'intérieur et l’extérieur du site. Le volume représente une torsion de la toiture, comme une échappée sur le monde et le paysage, créant une dichotomie avec l'usage ancien du lieu, clos et replié sur lui même. La surélévation comprend une salle de congrès et un foyer. L'espace du foyer ne possède pas de vues sur l'extérieur de manière à mettre en valeur le paysage visible depuis la salle de congrès. Dans les niveaux inférieurs, un musée relatif à l'histoire du site ainsi qu'une salle de réception existante dédiée aux habitants côtoient le programme du centre de rencontres universitaires. Les différents niveaux sont desservis par le biais d'un hall en triple hauteur où prend place un escalier à double révolution permettant aux visiteurs du musée et utilisateurs de la salle de congrès de ne pas se croiser, les deux programmes pouvant fonctionner indépendamment. Le volume de l'escalier représente la jambe de force de la surélévation bois. Il maintient la structure et allège le poids se répartissant sur les murs existants tout en reprenant une partie des efforts de la salle en porte à faux. La somme de ces forces forme un équilibre
Bibliothèque : 
ENSA Clermont-Ferrand
Notice du document papier correspondant : accéder à la ressource