Exilés de la ville : rencontre entre des hommes et leur nouveau lieu d'inscription

Exilés de la ville : rencontre entre des hommes et leur nouveau lieu d'inscription
Contributeur : 
Théo Fort-Jacques, directeur d'études
Elise Roy, directrice d'études
Provenance : 
Nantes
Publié par : 
Ecole nationale supérieure d'architecture de Nantes , 2019
Cote ENSA : 
18/19/4100
Langue : 
français
Résumé
Ce mémoire souhaite donner une voix à des hommes et des femmes aux récits aussi singuliers que complexes. Ces personnes qui, ayant fui les conflits armés, la répression, l’extrême pauvreté, se retrouvent à Nantes, décident d’y rester et parfois finissent par l’aimer. Si leurs récits racontent l’apprentissage d’une urbanité nouvelle, leurs pratiques donnent à voir la ville autrement. En quoi une ville est accueillante ? Quels sont les espaces urbains nantais qui incarnent au mieux une politique d’accueil ? Dans quelle mesure le centre nantais fait ressource pour une population primo-arrivante ? Comment les lieux habités renforcent le processus d’intégration ou d’exclusion urbaine ? Le mémoire s’appuie sur le cas du camp de personnes exilées qui s’est improvisé au square Daviais à l’été 2018 et sur plusieurs histoires individuelles. Ce mémoire montre comment l’observation des étapes les plus intenses du processus révèle le territoire sous un jour nouveau. Cet événement met en lumière de nouvelles géographies d’habiter : celles des personnes exilées. L’habiter se révèle temporaire, fragile et parfois même illégal. Ici et là, pour de courts ou longs instants, les personnes exilées se sentent suffisamment appartenir au lieu pour y engager des relations sociales, s’approprier un « chez-soi », investir un lieu de consommation ou d’échange
Bibliothèque : 
ENSA Nantes