De l'inaudible ou l'architecture de la dissonance : étude du langage ordinaire aux Dervallières

De l'inaudible ou l'architecture de la dissonance : étude du langage ordinaire aux Dervallières
Contributeur : 
Sabine Guth, directrice d'études
Petra Marguc, directrice d'études
Provenance : 
Nantes
Publié par : 
Ecole nationale supérieure d'architecture de Nantes , 2019
Cote ENSA : 
18/19/4013
Langue : 
français
Résumé
Comment faire architecture avec l’inaudible et l’indicible ? Une étude du langage et de situations ordinaires dans le quartier des Dervallières révèle les écarts entre ce qui est représenté et ce qui est laissé de côté, sans voix, pourtant bien là. Elle constitue la base d’une tentative d’architecturer l’irréductible : pour une architecture de différence et de rupture, une architecture de la dissonance. Après un retour sur les différentes opérations de de rénovation urbaine qui se sont succédés depuis vingt ans sur le quartier des Dervallières, le projet propose d’apprendre de ce qui ne se lit pas au premier abord, de changer de perception sur les anomalies. Comment donner du poids à des situations sous-étudiées ? L’architecte a-t-il son rôle à jouer dans le fait de rendre manifestes des « récits de ville » ou des « ruptures de ville ?
Bibliothèque : 
ENSA Nantes